La belle époque des pilleurs d’églises

Mis en avant

Sans titre

Les vols de la « bande à Thomas » défrayent la chronique entre 1904 et 1907. Ils attirent l’attention du public sur le patrimoine des émaux médiévaux. A l’heure où se développe une culture de masse, ces faits divers bénéficient d’une forte exposition médiatique.  Au-delà de la simple chronique criminelle, ils permettent d’étudier un épisode oublié de l’histoire du patrimoine en France, lorsque se conjuguent volonté de protection de l’Etat, intérêt du public, avidité des collectionneurs, notoriété croissante des œuvres et enjeux politiques autour de la loi de 1905. Ils permettent ainsi de se plonger dans le monde méconnu des trafiquants d’art et de comprendre les enjeux d’une question qui, en son temps, suscite de nombreux débats politiques.

Les amis du musée des Beaux-Arts de Limoges ont convié Vincent Brousse et Philippe Grandcoing pour évoquer ce sujet et présenter le fruit de leurs recherches

La conférence aura lieu le mercredi 11 mai  à 19h à l’Espace CITE, rue de la Providence. Tarifs d’entrée : 2€ pour les étudiants et chômeurs, 6€ pour les amis du musée et 10 € pour les non adhérents.

    De Klimt à Kokoschka : « Ornement et crime » dans la Vienne fin de siècle

    De Klimt à Kokoschka : « ornement et crime » dans la Vienne fin de siècle, Conférence le 27 avril  à l’Espace CITE  avec Alice Thomine-Berrada, conservateur en chef, au Musée d’Orsay

    Vienne 1900

    Dans l’Europe du XIXe siècle, l’ornement, qui se trouve à l’articulation entre art et industrie, peinture et architecture, suscite d’importants débats ; au XXe siècle, la simplification décorative sera un des principes de l’art moderne. À Vienne, cette question prend une ampleur particulière, comme l’atteste le célèbre essai de l’architecte autrichien Adolf Loos, Ornement et crime, rédigé pour une conférence donnée en 1908 à Berlin et dont les deux premières publications seront en langue française (1913 et 1921). Ce texte polémique est révélateur de la place détenue à Vienne par l’ornement en tant que support symbolique de l’identité d’un empire pluriethnique. Lire la suite